Scorsese

4d3880756dad6de012f8596a3d24cb0f561e5c61b1da0La Cinémathèque française fait partie de ces lieux où on sait d’avance que l’on ne sera pas déçu et encore une fois, elle tape dans le mile avec son exposition consacrée au réalisateur américain Martin Scorsese.
Comme beaucoup, je connais le nom de Scorsese et je peux citer plusieurs films mais en fait, mes connaissances sont finalement très superficielles. La Cinémathèque vous décortique le cinéma d’un réalisateur pour mieux comprendre l’art de ce dernier derrière les paillettes et le glamour hollywoodien.  Vous rentrez à travers un parcours riche et variées de scripts, photos, extraits sonores ou vidéos, story-board et j’en passe, dans la construction d’une carrière cinématographique complexe où ressortent des thèmes  et des motifs récurrents.
La scénographie avant tout thématique permet d’appréhender ces héros qui reviennent encore et encore, l’influence de la ville de New York ou ses sources d’inspiration.

Ces origines italiennes et son adolescence dans Little Italy à New York, imprègne la plupart de ses films dont les tous premiers avec cet univers familiale et catholique et le monde des gangs. Dans le même esprit, les relations fraternelles conflictuelles ont une place à part avec tout ce que cela implique : la responsabilité des actes de l’autres, la confiance abusée comme Jake et Joey LaMotta ou Jésus et Judas sur un autre plan. En parlant de Jésus, c’est amusant si on peut dire, de voir à quel point cette figure peut être omniprésente sous une forme ou une autre, au-delà de La dernière Tentation du Christ. On en trouve une trace dans ces héros sacrifiés mais aussi dans ce qu’on peut appeler une « manie » de crucifier d’une manière ou d’une autre les personnages de ces films comme David Carradine dans Boxcar Bertha ou Harvey Keitel dans Mean Streets.
Bien sûr, à l’image de Woody Allen, on ne peut pas parler de Scorsese sans évoquer la ville de New York, omniprésente, en toile de fond, ou en personnage à part entière, en commençant par Who’s That Knocking at my door, son film de fin d’études,  puis de Taxi Driver à Gangs of New York en passant par New York New York. Chez lui, la ville est souvent sombre et violente, mais elle coule dans les veines de ses habitants. Une maquette installée dans l’exposition nous montre de manière amusante les quartiers filmés par Scorsese dans ces différents films afin de mieux resituer la géographie des histoires.

s,1200-c10c38Bien que l’exposition ne consacre pas de partie dévolues aux acteurs qui jouent encore et encore pour lui comme Robert De Niro et aujourd’hui Leonardo Di Caprio, il suffit d’ouvrir les yeux pour constater soit même la fidélité de ces acteurs au réalisateur.

La partie « Inspiration » du parcours est aussi passionnante, elle évoque le Scorsese cinéphile passionné, admirateur d’Hitchcock et protecteur d’un patrimoine cinématographique auquel il rend régulièrement hommage comme dans Aviator (Howard Hughes) ou Hugo Cabret (Georges Méliès).  Il a d’ailleurs fondé avec Steven Spielberg et Stanley Kubrick, The Film Foundation pour la sauvegarde des vieilles pellicules de films.

Enfin la fin du parcours, ravira les vrais amateurs de cinéma dans sa manière de décortiquer la technique du réalisateur, dans sa façon de filmer, monter ou mixer. C’est certes plus pointu, mais ça rappelle le boulot que c’est de faire un film.

Pour conclure, une exposition, pas vraiment pour petits et grands mais qui devrait plaire au plus grand nombre, les cinéphiles avertis comme les autres moins connaisseurs. Une immersion totale dans le cinéma de Martin Scorsese.

Commissariat: Kristina Jaspers et Nils Warnecke (Deutsche Kinemathek).
14.10.2015/14.02.2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s