Dieu est Louvre sous le pinceau de Poussin et des autres

Poussin-catalogueIl faut se l’avouer les dernières expositions organisées au Louvre sous l’ère Martinez n’étaient pas très attractives, davantage tournées sur le côté  scientifique et sérieux  en sommes.
Alors ce côté moins « course aux visiteurs » n’est pas forcément une mauvaise chose. Au contraire, le Louvre ayant une tendance dernièrement à la disneïsation, cela le remet dans son cadre de musée d’art et d’histoire, mais les expositions sont aussi là pour distraire, aussi quand j’ai vu en gros placardé sur les murs extérieures les affiches « Poussin et Dieu » je me suis dit « chouette, chouette ! »

Bon je vous l’accorde, même si Poussin est connu de tous les amateurs d’art un tant soit peu au courant de l’histoire de l’art français, il l’est beaucoup moins du grand public. C’est donc l’occasion pour les 350 ans de sa mort, de le remettre sur le devant de la scène, car moi je vous le dit, Nicolas Poussin (1594-1665) c’est LE peintre français du XVIIème siècle, on ne le surnomme pas «  Raphaël français » ou même « génie européen »  pour des prunes. Je dirais même qu’il est dans le top 10 tous siècles confondus.

L'Assomption", vers 1629 ? Washington, National Gallery of Art, Ailsa Mellon Bruce Fund © National Gallery of Art, Washington
L’Assomption », vers 1629 ? Washington, National Gallery of Art, Ailsa Mellon Bruce Fund © National Gallery of Art, Washington

Pour ceux qui ne le connaissent pas, je resitue rapidement le personnage. Nicolas Poussin est né en France mais a fait sa carrière essentiellement à Rome. Il a essayé de revenir à Paris où il a été nommé peintre du Roy en 1640, mais l’expérience tourna court.  Grand peintre du mouvement classique, souvent considéré comme un artiste intellectuel et érudit, Poussin se passionne pour l’Antiquité qui va peupler sa peinture aux tons colorés.

387_bigIci ce n’est pas la mythologie gréco-romaine qui est exposée mais le catholicisme romain. Toute une production religieuse  est mise dans la lumière à travers 63 peintures, 34 dessins et 2 estampes. L’exposition pose la question de la foi de cet artiste considérer tantôt comme philosophe tantôt comme chantre du religieux et qui œuvra durant la Réforme catholique, une époque où l’image devait inspirer les croyants et susciter l’émotion religieuse.

On découvre en effet un artiste plein de profondeur, qui peint la religion avec une grande douceur et des coloris intenses, un peintre qui ne souhaitait pas peindre un portement de croix parce que trop éprouvant, « Le Crucifiement m’a rendu malade. J’y ai pris beaucoup de peine, mais le porte croix achèverait de me tuer ». Ce sont avant tout des scènes pleines de bonté et de délicatesse qui nous sont montrées.

 "La Sainte Famille", 1641-1642, Detroit, The Detroit Institute of Art © Bridgeman Images
« La Sainte Famille », 1641-1642, Detroit, The Detroit Institute of Art © Bridgeman Images

Certains sujets sont récurrents, comme la sainte famille ou la figure de Moïse. Des figures presque stoïques, figées dans une grande théâtralité qui pourrait paraitre fade, puis tout d’un coup surgit une vierge (Detroit, The Detroit Institute of Art) qui joue avec l’enfant Jésus sur ses genoux, comme une mère du XXIème siècle et qui fait toute la différence, qui change notre regard sur toutes les autres.

Poussin est un inventeur, il renouvelle le langage religieux, il mêle Ancien et Nouveau testament, christianisme et paganisme.  Moïse, personnage majeur de son art est perçu comme une préfiguration du Christ.

Même les paysages ne sont pas innocents chez Poussin. La nature se fait de plus en plus présente sur la toile, elle domine l’homme comme dans les quatre saisons. Le paysage devient Histoire. Chaque saison est associée à une scène de la Bible, et c’est nouveau pour l’époque.

Donc oui, Poussin est un grand peintre, pas chiant du tout comme je l’ai déjà entendu et c’est bon de nous rappeler alors que Vélasquez enflamme le Grand Palais, que nous aussi nous avons eu de grands artistes, maniant le pinceau avec génie au XVIIème siècle.

21507_lEn parallèle de cette exposition et dans sa continuité se trouve « La fabrique des saintes images – Rome-Paris, 1580-1660 ». Cette dernière a pour vocation de nous replacer dans ce contexte de Réforme catholique et de nous présenter les différentes traductions artistiques qui  en ont été faites dans la  Rome pontificale mais surtout en France. Sauf erreur de ma part ce ne sont que des œuvres du Louvre qui sont présentées, telles la Mort de la Vierge de Caravage ou le Christ mort de Philippe de Champaigne ainsi qu’un grand nombre de dessins. Mais c’est fou comme un accrochage différent, avec d’autres œuvres cela change le regard que l’on peut porter sur un tableau. Le Caravage semble plus grand et plus dramatique que lorsqu’il est dans la Grande galerie. Tout le pathétique de la scène ressort brutalement. Quant au Christ de Champaigne, il est plus violent aussi et il apparait dans tout son côté morbide et douloureux.

Le choix des dessins est sublime, Simon Vouet, Laurent de la Hyre, Annibale Carracci, Guido Reni, Gianlorenzo Bernini, Pietro da Cortona et j’en passe. Un très joli corpus et pour ne rien gâcher, pas besoin de courir dans tout le Louvre pour trouver l’exposition, car je pense ne pas être la seule à m’être fait tout le musée de long en large pour savoir si une expo était dans la Chapelle, dans le couloir Mollien, au rdc Richelieu etc., elle est dans le Hall Napoléon juste en face de Poussin pour plus de cohérence.

Dans une époque où la religion est un sujet sensible, on peut faire cette exposition pour tenter de comprendre comment entre d’autres temps, on a envisagé la représentation du divin ou juste pour le plaisir des yeux.

2 Avril 2015 au 29 Juin 2015

Poussin et Dieu
Commissaire(s) :Nicolas Milovanovic, musée du Louvre et Mickaël Szanto, université Paris-Sorbonne

La fabrique des saintes images
Rome-Paris, 1580-1660

Commissaire(s) :Louis Frank, département des Arts graphiques, et Philippe Malgouyres, département des Objets d’art,  musée du Louvre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s