CIVIL WAR en photographie au Met

Dépaysement total pour cette semaine, car je ne quitte pas seulement Paris, ni même la France mais l’Europe. C’est dans une traversé de l’Atlantique que je vous emmène pour arriver dans l’un des plus grands (et plus beaux) musée du monde : le Metropolitan Museum of Art.

Lincoln-with-allan-pinkerton-head-of-the-us-secret-service-and-major-general-john-a-mcclernand-at-the-secret-service-department-headquarters-of-the-army-of-the-potomac-near-antietam
Lincoln-with-allan-pinkerton-head-of-the-us-secret-service-and-major-general-john-a-mcclernand-at-the-secret-service-department-headquarters-of-the-army-of-the-potomac-near-antietam

En ce moment, le Metropolitan, (« Met » pour les intimes) organise une exposition vraiment très intéressante sur la guerre de sécession et surtout sur la photographie qui a suivi ce conflit particulièrement marquant pour les américains. Vue d’Europe, il est vrai que cette guerre civile qui fit tout de même 750 000 morts, nous semble souvent très lointaine et très obscure, généralement résumé à Gone with the wind ou Little women. D’où la portée vraiment intéressante car éducatrice de ce sujet, car c’est une découverte pas totale mais presque, à travers une jolie muséographie et de nombreuses images (+ de 200 photos) souvent de très belles qualités.

The Civil War -en anglais- est un conflit encore dans les mémoires de nombreux américains qui opposa les nordistes (yankees) d’Abraham Lincoln aux sudistes de Jefferson Davis entre 1861 et 1865. Résumer cette guerre à la question esclavagiste serait simpliste même si elle y a une place importante. D’autres facteurs sont à prendre en compte, notamment l’aspect économique et politique.

private-james-house-with-fighting-knife-sixteenth-georgia-cavalry-battalion-army-of-tennessee-1861
private-james-house-with-fighting-knife-sixteenth-georgia-cavalry-battalion-army-of-tennessee-1861

En gros, au sud, une économie fondée sur l’agriculture et l’esclavage et au nord, la modernité, l’industrialisation, qui se met en route et qui crées des richesses. Ajoutez à cela, une constitution encore trop faible pour unir les états, une vision différente du fédéralisme et le conflit éclate.

L’exposition retrace cette histoire de manière chronologique, des causes du conflit, les différents partis, les champs de batailles puis la paix retrouvée malheureusement ternie par l’assassinat de Lincoln le 15 avril 1865. On y trouve aussi bien des photographies d’amateurs que de professionnels (M. Brady, T. O’Sullivan ou A. Gardner) et ce corpus forme en parallèle une histoire de la photographie (fin du daguerréotype, début de l’ambrotype, du tintype …) et plus précisément du photojournalisme. Comment en effet ne pas rapprocher ces vues de villes détruites, réduites à quelques murs ou ces champs de morts, réduits à l’état de cadavres entassés à des clichés des conflits contemporains ?

Destruction of Hood’s Ordnance Train,1864. Albumen silver print.
Destruction of Hood’s Ordnance Train,1864. Albumen silver print.

On est frappé par tous cet ensemble de portrait, genre surreprésenté de par sa fonction sociale et émotive, image d’un proche qui se bat sur « l’autel de la liberté ». Des portraits de soldats en uniforme, souvent très jeune, mais fier et déterminé, portraits de femmes, portraits d’esclaves aussi, touchants de par leurs regards perdus ou encore tous ces blessés. Car la photo médicale est très rependue, les soins un peu moins, et c’est toute l’horreur d’une guerre qui se fige sur papier glacé.

Les objets sont aussi très nombreux. Sublimes cadres, porte-cartes ou même bracelet avec la figure de tous mes hommes politiques de l’époque qu’on portait comme un attachement patriotique, de la même façon que l’un et l’autre clan pose devant son drapeau.

frances-clalin-clayton-1864-66-clayton-was-a-woman-who-served-in-the-union-army-disguised-as-a-man.
frances-clalin-clayton-1864-66-clayton-was-a-woman-who-served-in-the-union-army-disguised-as-a-man.

Une exposition vraiment touchante en somme qui aurait mérité plus d’attention, mais passionnante et instructive d’une histoire qui n’est pas vraiment la nôtre mais un peu tout de même et qui trouve un écho dans le 7eme art avec la sortie il y a quelques mois de Lincoln de Spielberg qui en fait un joli et complémentaire pendant. Ce conflit terrible a façonné l’histoire des Etats-Unis et du monde en conséquence et cette exposition rappelle qu’une guerre, qu’importent ces raisons, n’est jamais belle à voir mais qu’il ne faut pas avoir peur de la regarder en face, pour éviter de la reproduire.

                                                                                                                                            

http://www.metmuseum.org/exhibitions/listings/2013/photography-and-the-american-civil-war

http://en.wikipedia.org/wiki/American_Civil_War

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s