Promenade à Lyon

Avant de retourner faire un petit tour dans les expositions du moment, je vous propose à nouveau e une petite ballade citadine. Pour une fois que je quitte la ville lumière …

Nous allons vers une autre capitale, où la lumière joue un rôle important tous les ans, ni Rome, ni Londres, beaucoup moins loin, direction la capitale des Gaules : Lyon.

Comme je ne connaissais absolument pas cette ville, ce fut une totale découverte. Moi qui m’attendais à une ville énorme.  Très parisienne finalement.  J’ai été assez surprise par ce côté très humain où à aucun moment on ne se sent happé par le côté grande métropole.

Commençons sur la rive droite du Rhône d’où émerge un énorme bouquet de fleurs du coréen Choi jeong-hwa donnant un air printanier à notre ballade. Derrière lui, la place Antonin Poncet et sa jolie tour-clocher de 1667 qui sonnait l’heure pour l’ancien hôpital de la Charité et encore derrière la place Bellecour, plus grande place piétonne d’Europe avec sa statue de Louis XIV et celle du Petit Prince. On aperçoit également en hauteur Fourvière qui domine l’ensemble.

IMG_0119Nous pourrions déambuler sur ces grandes avenues, comme celle du Président Hériot où les façades des grandes enseignes de la mode et du luxe donnent envie de gagner au loto, mais passons plutôt par le Vieux Lyon, classé au Patrimoine mondiale de l’humanité. Petit mais adorable, avec ses murs qui commencent à sentir le midi, souvenirs du Moyen-Age et de la Renaissance, comme cette magnifique petite cour d’hôtel particulier.IMG_0042 Nous passons presque sans nous en rendre compte devant la cathédrale Saint-Jean, très massive, mais dont l’immensité se noie dans l’architecture. Sa façade restaurée, d’une blancheur immaculée et construite avec d’anciennes pierres, venant entre autres du forum, est relativement plate si on la compare aux volumes d’autres cathédrales gothiques, mais le style flamboyant s’y déploie fort bien. À l’intérieur où l’air est glaciale comparé à la douce chaleur printanière du parvis, c’est surtout l’horloge mainte fois remaniée du XIVème siècle qui attire l’attention.

IMG_0035IMG_0038La chance étant de mon côté, le funiculaire est en panne, il faut donc escalader Fourvière (« la colline qui prie ») pour avoir cette magnifique vue sur la ville et au fond ses montagnes encore enneigées (ça de Montmartre, même en plissant les yeux, on ne risque pas d’en voir). Si je parle de Montmartre, c’est parce qu’il existe beaucoup de similitudes entre les deux collines, toutes les deux sacrés et vouées au culte depuis l’Antiquité et possédant des églises dont le style de construction est finalement assez semblable derrière leurs différences : hauteur pour toucher le ciel et dominer la terre qui ne peut pas l’éviter, construites fin XIXème siècle, un peu tape à l’œil, immaculé à l’extérieur, néo-byzantin doré à l’intérieur.

IMG_0053L’église est liée à plusieurs vœux, l’un du XVIIe siècle, en 1643, quand les échevins, prièrent la Vierge de monter de les sauver de l’épidémie de peste en échange de pèlerinages, ce qui mena à cette tradition encore vivace d’y apporter des lumières tous les ans. Un second vœu est fait au XIXe pour épargner la cité des armées prussiennes en échange d’un agrandissement du sanctuaire devenu trop modeste. Et quel sanctuaire sort alors de terre sur les plans de l’architecte Pierre Bossan. Un bâtiment imposant, visible de partout, dont la blancheur céleste est un manifeste à elle-seule de cette architecture fin XIXe, inscrite dans une certaine tradition mais pleine de modernité.

IMG_0058Etant également sur le lieu de fondation de Lugdunum, c’est le moment de faire un petit saut en Gaule Romaine. On quitte Notre-Dame et direction les ruines du théâtre, majestueuses avec la scène toujours aussi efficace pour l’acoustique et le musée Gallo-romain. Honnêtement, les collections sont géniales (même si mon objectivité en la matière frôle le zéro absolu, « c’est romain, c’est bien »), mais le monument en lui-même à mon avis ne leurs rends pas service. Inauguré en 1975, c’est le style « tout béton, rien que du béton, encore du béton ». Le tout donne un côté froid et monotone et ne met pas en valeur à mon goût, les pièces majeures. Par exemple, pour voir la Table Claudienne, grande table en bronze où est inscrit un discours de l’empereur Claude qui en 48 , donne de nombreux droits à plusieurs cités gauloises, notamment l’entré au Sénat de Rome. Il faut vraiment la connaître pour la voir vraiment, on ne devine pas son importance sans cela. Par contre, je dois admettre que les mosaïques sont, elles au contraire, embellies par le côté brut du béton, qui les rend encore plus lumineuses et colorées, elles valent le détour et les puits aménagés permettent de les voir de haut ce qui est un plus pour mieux apprécier leurs dessins. En ce moment, le musée en association avec celui de Saint-Romain-en-Gal, organise une exposition sur le Péplum, avec ici, le volet spectacle qui est évoqué à travers divers extraits de films plus ou moins connus (Gladiator, Ben Hur, Spartacus, Cléopatre, Quo Vadis….), des affiches et des costumes notamment ceux d’Astérix. L’occasion de plonger ponctuellement dans un genre bien spécifique du cinéma, avec ses codes et sa vision pas toujours d’un grand réalisme mais amusant et plaisant à regarder avec le recul. Même si le manque d’informations sur certains costumes est dommage, parce que le mythe du gaulois moustachu avec des plumes sur la tête est tout de même bien présent.

IMG_0079Pendant qu’on est dans les musées, un passage à Lyon marque obligatoirement un arrêt au Musée des Beaux-Arts. Une merveille !  Une collection de sculptures impressionnante et de peintures marquantes : Pérugin,  Réni, Rubens, Picasso, Renoir, Monet, Redon, Gauguin, Degas, Delacroix…Un voyage dans le temps, de l’Antiquité aux plus récents de nos artistes. Le nombre d’œuvres majeures qu’il ne faut pas louper est impressionnant, mais je pourrais surtout citer celle d’un peintre justement moins célèbre, La fleur des champs de Louis Janmot tout en grâce et poésie délicate, caractéristique du goût  de la part de nombreux peintres du XIXème siècle pour Raphael et des grands maîtres de la Renaissance. Pourtant peu moyennement portée sur l’art très très contemporain, j’ai été également plus que séduite par le noir de Soulage qui possède au moins trois toiles exposées, je n’ai plus le nombre exacte en tête.

En ce moment, se déroule une exposition plus amusante que vraiment intéressante à mon goût, mais ça n’engage que moi : « Métissage ». Il s’agit de la collection de Denise et Michel Meynet dont certaines pièces de céramiques ont été offertes au musée en 2011. Le titre tient au brassage des cultures au sein de cette collection hétéroclite. L’art africain y côtoie  l’art asiatique ainsi qu’un portrait de Mao par Warhol et d’autres pièces d’une grande originalité qui ont le mérite d’attirer l’attention des plus jeunes, comme cette tête de squelette de monstre, type petit dragon. Une bouffée d’originalité au milieu d’un académisme plaisant pour moi, mais plus formel.

IMG_0103Quittons le musée, nous sommes place des Terreaux, son hôtel de ville du XVIIe siècle au milieu duquel trône le roi Henri IV qui a délogé de son cheval Louis XIV qui occupait la place jusqu’au XIXe siècle.  Le réaménagement par Burren au début des années 90 a engendré la délocalisation de la majestueuse fontaine Bartholdi, initialement placée devant la mairie, elle fait désormais face au musée. Originale histoire que cette fontaine, prévue pour la ville de Bordeaux, mais récupérée par Lyon en 1891. Elle représente la France tenant en rêne les quatre chevaux-fleuves du pays qui partent au galop.

IMG_0104Je crois que je vais m’arrêter là pour cette petite visite, il y en aurait tant à raconter encore. J’espère juste vous avoir donné envie de visiter cette grande ville si vous n’en avez jamais eu l’occasion comme moi jusqu’à aujourd’hui. Une ville agréable mais où le régime est impossible vu les gourmandises qui sont partout dans cette Capitale de la Gastronomie.IMG_0110

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s